BIENVENUE SUR LE SITE WEB
DU MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN

La santé pour tous et partout
Ministère

Projets - Programmes
Galerie photos
Actualité > Sciences médicales et TIC dans la CEDEAO

Un didacticiel « E-learning » en santé publique en cours d’élaboration
JPEGLes rideaux viennent de tomber hier, à l’hôtel « La Concorde » de Lomé, la capitale togolaise, sur un atelier sous régional de trois jours (27 au 29 août 2018) destiné aux acteurs des TIC, de quelques pays de l’Afrique de l’Ouest, officiant dans le secteur de la santé.
A l’initiative de l’Organisation Ouest-Africaine de la Santé (OOAS), une structure spécialisée de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), les participants ont apporté leur expertise au besoin d’élaboration du « Guide des techniques du E-learning à usage des formateurs des écoles de formation des agents de santé », dont des infirmiers et sages-femmes de l’espace CEDEAO. Pour ce faire, il y avait nécessité de mettre ensemble les institutions de formation et les spécialistes des TIC de cet espace géographique et de les voir s’accorder sur les usages ainsi que sur le contenu du document dont la production est envisagée. Il s’est agi, pour eux et leurs pairs, de faire mettre en place une sorte de matériel didactique permettant d’animer au mieux le système d’enseignement à distance dans les écoles de formation des agents de santé, sages-femmes et infirmières et infirmiers.
L’OOAS en était arrivée à la conscience que « l’apport des nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) est indéniable à la mise en place de solutions durables aux soucis de santé, au renforcement des capacités du personnel et à l’amélioration de l’accès aux services de santé ainsi qu’à la qualité des services ».
De sorte que pour mieux conduire le déroulement des curricula de formation en vigueur et d’en escompter de très bons résultats, pendant les trois années que dure le cycle de formation des infirmiers et sages-femmes, il est lui est, en tant qu’institution majeure d’intégration sous-régionale en matière de santé, apparu important d’associer le « e-learning » à travers les TIC afin que le gain de temps que cela contribue à dégager puisse servir à prolonger les délais de stages.
Le souci de moderniser les pratiques médicales
JPEGDans le domaine de l’enseignement et de la santé, les TIC peuvent aider à faire face à l’insuffisance d’enseignants qualifiés, de dispenser des cours tout en évitant le présentiel et pour les apprenants, et pour les formateurs, condition d’enseignement occasionnant des absences intempestives préjudiciables à la santé des populations.
Ainsi, le E-learning sera d’un apport indéniable au cycle de formation initiale que dans les centres d’excellence pour la formation en Master des sciences infirmières et obstétricales déjà identifiés et connus. La mise en place de cet outil, apprend-on, devrait être possible dès la rentrée d’octobre 2018 dans les filières de Management des services de santé, de Pédagogie et de Gynéco-Obstétrique. Il faut admettre que les TIC sont devenus incontournable pour rehausser la qualité des services de santé.
C’est donc d’arrache-pied que les travaux se sont déroulés pour aboutir, au troisième jour, et en fin d’atelier, à voir cet aréopage de compétences diverses et complémentaires dans les disciplines des technologies de l’information et de la communication s’arrimer à celui des sciences de la santé, pour adresser une motion spéciale de remerciements à l’endroit du Directeur Général de l’OOAS, maître d’ouvrage de l’atelier.
Dans la motion, ils exhortent les initiateurs du projet, l’OOAS, à aller le plus loin possible et disent être disponibles et disposés « à répondre à toute sollicitation ultérieure, dans la perspective de la poursuite des travaux ainsi que de la mise en œuvre des résolutions finales ».
Ils étaient dix-neuf (19) professionnels de spécialités diverses issus de huit (8) Pays à prendre part à l’atelier, à savoir : Togo, Sénégal, Côte-d’Ivoire, Burkina Faso, Mali, Niger, Guinée Conakry et Bénin.
Notre pays le Bénin était représenté par le Professeur Dieu-donné GNONLONFOUN et Mme Eunice France PEDRO. Le premier est Directeur Adjoint de l’Institut National Médico-Social de l’Université d’Abomey-Calavi (INMES-UAC), tandis que le second est la Directrice de l’Informatique et du Pré-archivage (DIP), au Ministère de la Santé.

Voir la motion spéciale de remerciements à Monsieur le Directeur Général de l’OOAS

Grandes réformes

Anciens ministres
Infos légales | Infos éditoriales | Contact | Termes d'utilisation

2017 - Ministère de la santé - www.sante.gouv.bj